507. JE CROIS EN UN SEUL DIEU

Le samedi 28 Janvier , avec la classe de littérature et société nous somme allés voir la pièce de théâtre Je Crois En Un Seul Dieu  de son nom d’origine Creo in solodio. C’est une pièce de Stefano Massini qui qui a été mise en scène par Arnaud Meunier. Cette histoire nous parle du conflit israélo-palestinien. Les trois personnages sont joués par Rachida Brackni , il y a une Palestinienne, Shirin qui est une étudiante;une Israélienne, Eden Gola qui est aussi professeur d’histoire religieuse; et une Américaine, Mina Wilkinson qui est un militaire. Les trois personnages ont des caractères bien distincts , Shirin est une femme remplie du désir de vengeance, Mina parait insensible, et dure de caractère, Eden quant  à elle est très douce et représente la tolérance dans cette histoire. Il n’y a pas d’accessoires ni de changements de costumes. L’actrice  est habillée de façon neutre néanmoins son accoutrement conviendrait plus à la professeure d’histoire. Tous les objets qu’elle utilise dans l’histoire nous son décrits dans son récit et sont formés par notre imagination.

Cette pièce nous aide à en savoir un peu plus sur le conflit qui oppose ces deux pays.

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine
Rachida Brackni sur scène

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurelia et Léandra.

Publicités

Rencontre de Luc Brunschwig au Lycée

Afficher l'image d'origine

Après avoir lu et étudié La mémoire dans les poches, les élèves de Littérature et Société au lycée Vaucanson ont eu le plaisir de rencontrer Luc Brunschwig, scénariste de Bandes Dessinées qui cumule les succès comme Urban, Bob Morane Renaissance, Holmes et La Mémoire dans les Poches.

Il a répondu avec beaucoup de chaleur à nos diverses questions au sujet de son métier et de son parcours.

Résultat d’images pour luc brunschwig
Portrait de Luc Brunschwig

 Né le 3 septembre 1967 à Belfort. Il a commencé à s’intéresser à la BD dès l’âge de 8 ans.  Avec son frère Yves, il commence par illustrer les aventure de Takor, qui leur est inspiré par un Héros de dessin animée PLUK, L’Extra-Terrestre. Très vite, les deux frères invitent des amis d’école à venir dessiner des bandes dessinées chez eux. 

Résultat d’images pour PLUK dessin animé
Le Dessin Animé PLUK

Luc réalise rapidement ses lacunes en dessins face à son frère et ses autres camardes bien plus doués que lui. Il doute de pouvoir devenir un jour dessinateur mais comprend que c’est lui qui donnent la plupart des idées d’histoires à ses compagnons de dessins pour créer des BD. Il décide du coup de devenir Scénariste de Bandes dessinées.

C’est en 1992 que sort sa première BD – toujours la plus vendue à ce jour – Le Pouvoir des Innocents. Il réalise cet album avec Laurent Hirn, son dessinateur coup de foudre, rencontré au Carrefour de l’illustration du Livre pour enfants de Strasbourg en 1990. Tous deux signent chez Delcourt et leur premier album est directement nominé à Angoulême pour l’Alph’Art du meilleur scénario 93. 

I

Résultat d’images pour Lloyd Singer bd
Lloyd Singer

Il enchaîne les albums pendant une quinzaine d’années… mais s’arrête après le décès de son père qui l’obligera à faire une pause sur ses projets, le temps de faire son deuil. La famille est très importante pour lui. Depuis sa première Bande dessinée, Luc a créé plusieurs personnages reflétant le caractère et le physique de ses parents proches. Dans La Mémoire dans les poches, le père et la mère du Héros ressemblent psychologiquement et physiquement à la mère et au père du Scénariste. Le Héros de Lloyd Singer ressemble physiquement à son frère Yves.

 

Résultat d’images pour bob morane renaissance
Bob Morane Renaissance Tome 1

 

Il redonne aussi vie aux aventures de Bob Morane, mais ça lui coûtera des problèmes de droits d’auteurs avec le créateur du Héros qui n’aime pas le remake de l’histoire et ce qu’il a fait de ses personnages. Plusieurs de ses projets mettent très longtemps, parfois des décennies, à voir le jour à cause de son exigence et de son besoin de trouver « le » bon collaborateur pour chaque projet. 

 Plusieurs BD sont prévues pour cette année 2017 : le tome 3 de La Mémoire dans les Poches (que nous attendons avec impatience, après avoir lu les deux premiers tomes de la trilogie en classe), le tome 4 d’Urban, le tome 2 de Leviathan et surtout le très attendu XIII Mystery qu’il a réalisé en collaboration avec Olivier Taduc. 

 

Heitor de Matos Amory 507

 

 

Écrire pour changer le monde. 507 Séance 1: Figures de l’engagement en littérature

Ce Mardi 3 Janvier nous avons commencé un nouveau thème :  » Écrire pour changer le monde : l’écrivain et les grands débats de société ».

Nous avons parlé des différents auteurs ayant fait des œuvres engagées comme Voltaire avec L’affaire Calas,  ainsi que tous les philosophes des lumières mais aussi E.Zola avec L’affaire Dreyfus (1897).

Plusieurs écrivains comme Desnos, Eluard … deviendront résistants pendant la 2ème guerre Mondiale. C’est pendant cette période que P. Eluard a écrit le poème Liberté (1942) .

Ensuite , nous avons lu une nouvelle de Vercos Ce jour-Là (1942) dans Le silence de la mer.  Dans cette histoire, il est question d’un père qui faisait des promenades avec son fils, ils avaient des habitudes. Mais ce jour-là, le petit garçon remarque que son père a une attitude différente des autres jours. Et un drame va toucher la famille…

C’est une nouvelle engagée qui nous fait penser que les personnages sont une famille de résistants ou de Juifs. Plusieurs indices nous étaient donnés comme le pot de géranium qui servait de signal, l’inquiétude du père …

Cette histoire est touchante et donne envie d’entrer en Résistance.

Afficher l'image d'origine
Cette représentation de Voltaire fait penser à la phrase de J.P Sartre « Prendre sa plume pour une épée »
Afficher l'image d'origine
Une image illustrant le poème de Paul Eluard
analyse histoire des arts Brevet Otto Dix
Otto Dix , La Guerre (1929-1932), (triptyque)

 

 

 

 

 

Aurelia et Léandra.

Le Singe de Hartlepool 509

Afficher l'image d'origine

Extrait du « Singe de Hartlepool » Lupaneau Moreau (2012)

Le 8 novembre 2016, nous avons étudié une bande dessinée de Lupaneau et Moreau intitulée « Le Singe de Hartlepool ».
C’est une B.D. avec des couleurs et des dessins assez spéciaux, du genre gribouillage. Nous avons classé des éléments d’analyse en trois catégories ce que nous pouvons résumer:
-Le comique ;
-Les exemples de rejet et d’intolérance
-Les figures de réflexion, d’humanisme et de tolérance.
Le cadre spatio-temporel se déroule au XIX plus particulièrement en (1814) au large des côtes de l’Angleterre.
La trame de l’histoire est qu’un navire Français fait naufrage lors d’une tempête au bord du petit village anglais de Hartlepool.
Tous les membres de l’équipage du navire Français vont mourir mis à part le singe et le mousse, sauvé par la tempête du supplice de la planche.
Les Anglais prennent le singe pour un Français et toute l’histoire se déroule sur se malentendu. Au final, le singe est pendu puisque les Anglais sont convaincus qu’il s’agit bien d’un Français, pour de multiples raisons telles que l’uniforme.

L’histoire est satirique, montrant jusqu’où peuvent aller le rejet et l’intolérance.
Cette histoire  inspirée de faits réels reste gravée dans l’histoire de ce petit village car encore aujourd’hui les habitants sont surnommés « Pendeur de singes » (de l’anglais Monkey hanger) et la mascotte du club de football s’appelle H’Angus the Monkey, un jeu de mots sur le « singe pendu ».

Dorian et Maxime

Exposition au château de Tours: Sabine Weiss. 507

Mardi 4 octobre

Nous nous sommes rendus au château de Tours afin de découvrir l’exposition de Sabine Weiss. Nous sommes entrés dans le château  et nous avons tout d’abord appris à connaître un peu cette photographe « humaniste » âgée aujourd’hui  de 90 ans qui réside à Paris et dont les photographies en noir et blanc ont fait le tour du monde.

L’ exposition revient sur les années 1950 en mettant l’accent, en particulier, sur ses images des enfants des rues, ses scènes parisiennes, ses portraits d’artistes et ses reportages à travers une Europe en pleine reconstruction. Des publications d’époque sont présentées dans l’exposition en regard de ses tirages, ainsi que certaines photographies de New York.

Afficher l'image d'origine <– Sabine Weiss.

Les photographies étaient réparties dans des salles en fonction de leur thème comme: l’enfance, la croyance, les portraits, la mode…

La seconde salle était consacrée à des scènes de la vie parisienne. Nous avons pu y découvrir les rues et l’atmosphère parisienne de l’après-guerre.

Nous avons continué la visite dans une salle dédiée à l’enfance. Ces photos nous ont captivés grâce aux regards de ces enfants ou encore à  leurs attitudes, qu’ils soient gais, en larmes ou facétieux.

.Afficher l'image d'origine

Après cela nous nous sommes rendus dans une salle de projection pour visionner un film de 11 min retraçant la carrière de Sabine Weiss. Cela était très intéressant.

La visite s’est poursuivie dans la bonne humeur de tout le monde dans la salle consacrée à la mode. Nous avons pu découvrir que Sabine Weiss a réalisé de nombreuses photos pour de célèbres marques comme Dior et Yves Saint Laurent. Ces photos étaient magnifiques :  toutes les filles ont adoré cette salle.

Afficher l'image d'origine<– Chez Dior, Paris

Enfin nous nous sommes rendus dans la salle dédiée à de nombreux portraits d’écrivains, musiciens, chanteurs ou acteurs, comme Ella Fitzgerald , Léo Ferré, Romy Schneider, Brigitte Bardot, Delphine Seyrig, Roger Planchon, Françoise Sagan, Jeanne Moreau ou Simone Signoret. Nous avons donc pu admirer le magnifique travail de Sabine Weiss, surtout que cette salle était entièrement rouge ce qui rendait les photos encore plus belles.

Afficher l'image d'origine <– Brigitte Bardot

Bien évidement tout a une fin. Sabine nous a touchés et nous avons été nombreux à aimer son travail. Nous avons terminé la visite sur un petit de briefing et nous sommes rentrés au lycée.

TERGEMINA Lauriane, GERMAIN Thibaut 507

 

507 Fin du film « Va, vis et deviens ».

Compte rendu de la séance du mardi 27 septembre de la fin du film « Va, vis et deviens ».

Afficher l'image d'origine

Les événements principaux mentionnés dans le film sont les accords de paix et l’assassinat de Rabin.  Au cours du film, la tension a été montrée par une scène dans laquelle un soldat israëlien veut sauver un enfant palestinien mais le père qu’il soit touché par un Juif. Mais on voit  aussi une alerte, des attentats ainsi que des enfants blessés. On remarque également des barbelés. Suite, à un reportage à la télévision concernant la famine en Ethiopie, Salomon, le héros d’origine éthiopienne, est choqué par la dysenterie qui touche 90 000 réfugiés éthiopiens au Soudan.  Il décide donc de trouver un moyen d’agir pour les siens en devenant médecin du monde pour soigner des blessés à la guerre. Cependant, cette révélation ne fait pas l’unanimité dans sa famille. Cela provoque un conflit entre le père, la mère et le grand grand-père sur la décision de Salomon. Le grand-père pense qu’il faut partager la terre, la mère pense que c’est la famille qu’il faut sauver avant tout et le père ne pense qu’à défendre la paix ainsi que son pays. Donc il y a un désaccord entre tous car Salomon refuse de faire son service militaire et continue de participer à des manifestations pacifistes.

Durant le parcours d’exil de Salomon, il a perdu des êtres qui lui étaient chers, dont son père, sa mère, sa sœur, son frère et sa vache mais il se sent particulièrement coupable de la mort de son frère. Hormis cela, Salomon se pose toujours la même question qui est « pourquoi ma mère m’a-t-elle interdit de revenir en Ethiopie ? ».  Avant le départ de Salomon pour Paris où il va faire ses études, Yael, sa mère adoptive, lui fait une révélation car c’est important pour elle qu’il se sente aimé et qu’il parte en paix.

Pour finir, Salomon a promis à Sarah de retrouver sa mère, de se réconcilier avec elle et de lui dire qu’il l’aime.

On vous conseille de regarder ce film, il est vraiment touchant.

Juline RONDEAU et TAMAREL Laura.  

Le premier cours de Littérature et Société en 2016 des 507 !

Mardi 6 Septembre 2016,

Nous allions assister pour la première fois au cours de LS (Littérature et Société) avec Mme Leroux,

Ne sachant pas encore correctement nous orienter dans l’immense lycée qu’est Vaucanson, nous arrivâmes pour le premier cours en retard de quelques minutes.

Notre Professeur nous attendait pour commencer le cours. Elle nous pria de nous s’asseoir et nous demanda pourquoi nous avions pris LS comme Enseignement d’Exploration. Chacun notre tour nous répondîmes a sa question, nous avions tous une raison différente qui nous avait convaincu de faire LS.

Après cette question Mme Leroux parla du programme de l’année  qui porteradans un premier temps sur le thème Regards sur L’autre et l’ailleurs. Nous allons aborder ce sujet tout au long de l’année par différents livres, représentations théâtrales, films… Elle nous parla aussi de plusieurs sorties qui sont organisées cette année (Sortie au théâtre, à la Nouvelle république, au château de Tours), puis du Prix Littéraire annuel organisé par Vaucanson.

Après tout cela , nous avons  lu une Bande dessinée : « Le Singe de Hartlepool » reprenant une légende Britannique.  La sonnerie retentissait pour mettre fin au premier cours de Littérature et Société.

Heitor de Matos Amory 507

 

 

 

Classe 507. « Va, vis et deviens »

Mardi 20 septembre, pendant cette heure nous avons regardé et étudié un film de Radu MIHAILEANU  » Va, vis et deviens  » sorti en 2004.

Ce film raconte l’épopée des Falachas ( Juifs Ethiopien ) qui durant l’année 1984 partirent s’installer en Israël pour un avenir meilleur. Pendant ce voyage, 4000 d’entre eux périront et 8000 survivront.

Ce film commence sur une image d’un camp de réfugiés où la mort est omniprésente. Une mère confie son fils à une autre femme dont l’enfant vient de mourir. Cette même femme est juive alors que le petit garçon est chrétien. Arrivée en Israël, la mère adoptive meurt et l’enfant est confié à un centre de réfugiés. Dans ce lieu, il trouve rapidement une famille d’accueil où sa nouvelle vie l’attend ( école, vêtements, lit, famille etc… ) en bref une nouvelle culture et une nouvelle religion.

Ce film est très poignant et pathétique. Il fait prendre conscience des conflits religieux mais aussi de l’entraide et de la solidarité maternelle.

Faustine et Louna

Un fou noir au pays des blancs le 23 septembre 2016

Vendredi nous avons assisté à un spectacle au lycée. Il s’intitule « Un fou au pays des blancs », interprété par Monsieur Pie TSHIBANDA, écrivain congolais, psychologue et conteur.

Résultat d’images pour PIE TSHIBANDA                     Résultat d’images pour un fou noir au pays des blancs affiche                                Résultat d’images pour un fou noir au pays des blancs affiche

 

Pie nous témoigne de son exil forcé depuis l’Afrique vers la Belgique. Ce spectacle retrace son voyage mais plus particulièrement les difficultés traversées en arrivant en Europe. Une phrase nous a particulièrement marqués : << Je ne suis même plus étonné de souffrir, j’ai tellement connu la douleur. >>

Les paroles de Pie TSHIBANDA nous ont touchés au plus profond de nous. La façon dont il raconte les choses est tantôt drôle, tantôt très touchante, ce qui rend le spectacle vivant, on ne s’est vraiment pas ennuyés.  Son histoire est une vraie remise en question sur notre façon d’être envers les étrangers, sur l’intolérance, le racisme et le mépris.

Pie lance un débat et demande à ce qu’on réponde à ses questions en fin de spectacle notamment à celle de sa fille qui demande « Pourquoi sommes-nous les autres ? ». Une question qui en a fait réfléchir plus d’un dans la salle; c’est pourquoi nous vous recommandons vivement ce spectacle.

GOUJON Maëlle et BRAY Mia, seconde 507.

 

Prix lecture Vaucanson 2017

Cette année encore, nous organisons un prix lecture pour les élèves de Literrature et société du lycée Vaucanson.

Les 5 titres sont à lire pour le mois de mai. Il faudra ensuite défendre  LE livre  préféré et.. voter ! L’année dernière le grand gagnant a été « le rêve de Sam » de Florence Cadier. (vous pouvez retrouver toutes les informations dans l’article de la Nouvelle République : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Communes/Tours/n/Contenus/Articles/2016/05/21/Le-prix-litteraire-de-Vaucanson-2722784)

Nous avons le plaisir de vous présenter la sélection 2016 :

  • « Une bouteille dans la mer de Gaza » de Valérie Zenatti
  • « les vieux fourneaux, tome 1. Ceux qui restent » de Lupano et Caujet
  • « Max » de Sarah Cohen-Scali
  • « La petite fille de monsieur Linh » de Philippe Claudel
  • « La rose dans le bus jaune  » de Eugène Ebodé

une_bouteille_dans_la_mer_de_gaza vieux max monsieurlinh rose)

Si vous avez déjà lu ces livres, n’hésitez pas à nous faire part de vos avis!

Bonne lecture à tous